Actualités

Actualités

Samedi 23 juin, le gypaète Silvano, une femelle de 23 ans, a été libéré dans les montagnes de Cize au Pays basque. Le centre de soins Hegalaldia veillait sur elle depuis près de 5 mois. Le 31 janvier dernier, ce gypaète avait été retrouvé par des chasseurs au Pays basque, les radios avaient montré l'ingestion d'un élément metallique provenant d'une boucle auriculaire d'ovin. Il portait également des signes de chute (rémiges abimées, hématomes) résultant probablement de la percussion d'une clôture. Plus d'infos en téléchargeant le document ci-contre.

Mauvais début d'année pour les gypaètes pyrénéens.

Deux gypaètes ont été récupérés blessés cet hiver dans les Pyrénées-Atlantiques et soignés par le centre de sauvegarde Hegalaldia :  le 30 janvier un premier gypaète adulte bagué en Espagne, une femelle erratique de 22 ans a été retrouvée au Pays Basque avec un élément métallique dans l'abdomen et des signes de chute (rémiges abîmées, hématomes), elle semble  en bonne voie de guérison ; le 4 mars un autre gypaète adulte - un mâle reproducteur (avec une plaque incubatrice) a été récupéré à proximité d'une ligne à haute tension après un tempête de vents très violents : son cas est encore très préoccupant.

 

Plainte déposée par la LPO

Le 22 février 2018, la société VARISCAN MINES représentée par MINES DU SALAT procède à une première visite de sécurité de l’ancienne mine de Couflens par héliportage faute d’accès possible par la route. Ce contrôle assuré par AIRPLUS, et supervisé par le service des Mines de la DREAL Occitanie a été autorisé par la Préfète de l’Ariège. Or, il enfreint la règlementation environnementale. La LPO, qui assure la coordination du Plan national d’actions en faveur de cette espèce protégée, porte plainte avec d’autres associations environnementales (FNE Midi-Pyrénées, Comité écologique Ariégeois, l’association Stop Mine Salau).

Le 10 janvier 2018, signature de 3 convention d'application locales avec EDF. Le 10 octobre dernier la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), EDF et la DREAL Nouvelle-Aquitaine renouvelaient leur convention de partenariat au Muséum de Toulouse. Cette convention cadre prévoit de mettre en oeuvre des mesures de préservation du Gypaète barbu et du Vautour percnoptère. Ces deux espèces menacées bénéficient de plans nationaux d’actions pilotés par la DREAL Nouvelle-Aquitaine. Les déclinaisons concrètes de cette convention cadre ne se sont pas faites attendre. Trois conventions d’application locale en faveur du Gypaète barbu ont été signées en partenariat avec le Parc national des Pyrénées et Nature Midi-Pyrénées et déclinent très concrètement les principes généraux de la convention cadre.

Parution du numéro 76 de la circulaire Casseur d'os ! Toutes les dernières infos sur le Gypaète dans les Pyrénées. On y apprend que 44 couples sont désormais présents dans les Pyrénées avec 16 jeunes à l'envol en 2017. Une étude sur la coloration du plumage du Gypaète et les dernières infos sur l'état des populations en Europe.

Bilan de reproduction 2017 du Vautour percnoptère vient de paraître. 71 couples territoriaux (34 dans les Pyrénées-Atlantiques, 13 dans les Hautes-Pyrnées, 4 en Haute-Garonne, 7 en Ariège, 5 dans l'Aude et 2 dans les Pyrénées-Orientales) pour 57 jeunes à l'envol sur le versant nord des Pyrénées. Pour en savoir plus, téléchargez le bilan complet ci-contre

Un dossier sur le Milan royal paru dans Pyrénées magazine à découvrir ci-contre ! L'occasion de faire un point de ses connaissaces sur les enjeux, la biologie et les menaces subies par cette espèce hautement importante pour les Pyrénées !